Qui doit poser le diagnostic ?

Il est à noter que le manque cruel de médecins et de pédopsychiatres non formés au TND sur le territoire, augmente la souffrance et la non prise en soin des enfants

À l’entrée au collège 1 à 2 enfants par classe sont non diagnostiqués. 

La non prise en compte globale et transversale des troubles ainsi que l’étiquette « tout est psychologique » crée des SUR-HANDICAPS par ricochet, majorée par la souffrance pour cause d’incompréhension des adultes. 

Les « dys » atteints d’une dyslexie dite « visuelle ou visio-spatiale » ou encore appelée « de surface », surtout s’ils sont intelligents et brillants à l’oral, ne semblent pas intéresser des professionnels surchargés et assez impuissants à les aider.

La dyspraxie -ou le trouble de coordination motrice- est sous évaluée, méconnue ou niée par nombre de professionnels mal formés.


L’association AADYS vous permet de constituer un dossier cohérent en attendant le diagnostic, souvent difficile à obtenir. Cependant en attendant de mieux comprendre les troubles, il faut faire du préventif et obtenir une bonne volonté pluri-diciplinaire ; ce qui est évident dans certains départements comme La Loire Atlantique, la Savoie, le Rhône, ou bien à l’étranger comme chez nos cousins québécois, est beaucoup plus laborieux chez nous.

 

Quand le diagnostic est ENFIN posé,  nous vous aiderons à obtenir les informations pour :

Les compétences à entraîner.
Les activités à éviter.
Les activités à proscrire.

Le neuropédiatre, le pédopsychiatre ou le médecin généraliste

peuvent confirmer et synthétiser le diagnostic. : pour ce faire des bilans en :

ORTHOPHONIE, NEUROPSYCHOLOGIE, ERGOTHERAPIE et ORTHOPTIE 

doivent être réalisés en amont 

Informations légales

Nos partenaires locaux

Accès rapide

Notre newsletter

Cap Sciences